Menu

Médecine Traditionnelle Chinoise

“Qui suis-je ?”

Qu’est-ce que c’est ?

C’est durant les dynasties Shāng (商) (1600 av. J.C. à 1046 av. J.C.) et Zhōu (周) (1046 av. J.C. 256 av. J.C.) que la médecine traditionnelle chinoise commence à se développer mais les découvertes archéologiques indiquent clairement qu’elle s’est véritablement structutrée sous la dynastie Hàn (漢) (206 av. J.C. À 220 ap. J.C.). C’est notamment à cette époque que la loi du yīn yáng (阴阳) et celle des cinq mouvements (wǔ xíng 五行), qui représentent les fondements théoriques et pratiques de la médecine traditionnelle chinoise, sont unifiées.

C’est durant cette période que les principaux textes fondateurs ont été rédigés, notamment le Huáng Dì Nèi Jīng (黄帝内经) Classique interne de l’Empereur Jaune, ouvrage de référence dans l’étude de la médecine traditionnelle chinoise. Divisé en 2 parties de 81 chapitres chacune, le Sù Wèn (素问) Simples Questions explique pour la première fois les théories fondamentales de cette médecine. Le Líng Shū (灵枢) Pivot Céleste pose les fondements de l’acupuncture. Le Shén Nóng Běn Cǎo Jīng (神农本草经) Matière Médicale du Divin Laboureur, quant à lui pose les bases de la phytothérapie.

La médecine chinoise est donc riche de 2500 à 3000 ans d’expériences, d’études, d’approfondissements sur l’anatomie, la physiologie et la pathologie humaine grâce à de nombreux textes en plus de ceux cités plus haut, tels que le Nán Jīng (难经) Classique des Difficultés, le Shāng Hán Zá Bìng Lùn (伤寒杂病论) Traité du Froid Nocif et des Maladies Diverses, ou encore le Zhēn Jiǔ Jiǎ Yǐ Jīng (针灸甲乙经) Classique Ordonné de l’Acupuncture et de la Moxibustion.

De nombreux autres grands médecins ont largement contribué au développement de la médecine chinoise jusqu’à nos jours toujours en s’appuyant sur ces principaux textes fondateurs.

Tout au long des siècles, la pratique et l’enseignement de la médecine traditionnelle chinoise s’est appuyée sur le concept de globalité (zhěng tǐ guān niàn 整体观念). L’être humain, vivant dans la nature, est soumis aux mêmes lois qu’elle. L’être humain est un petit ciel et une petite terre. Il y a donc une correspondance entre la nature et l’être humain mais également au sein des différents constituants de l’être humain, ce que nous appelons les trois trésors (sān bǎo 三宝) :

  • Jīng () : corps,
  • Qì () : vitalité,
  • Shén (: esprit.

« 人与天地相参也,与日月相应也。»

« L’être humain participe du Ciel et de la Terre, et répond au soleil et à la lune. »<
(Huáng Dì Nèi Jīng Líng Shū (黄帝内经灵枢) – Chapitre 79).

Le praticien en médecine traditionnelle chinoise pose donc un regard global sur la personne afin de proposer un accompagnement holistique de la personne.

COMMENT ?

Ainsi, différents outils ont été développés au travers des siècles :

针灸 Zhēn jiǔ Acupuncture et moxibustion

Tout comme l’eau sur terre s’écoule grâce aux fleuves et rivières, l’énergie (qì 气) circule dans l’ensemble de l’organisme en suivant certains trajets caractéristiques, les canaux (méridiens) (jīng luò 经络). Tout au long de ces trajets, le praticien peut agir grâces aux aiguilles pour favoriser une circulation libre et harmonieuse de l’énergie (qì 气), du sang (xuè血) et des liquides (jīn yè 津液), permettant ainsi de réguler le yīn yáng (阴阳) et ainsi de répondre à un grand nombre de situations cliniques.

L’acupuncture (zhēn fǎ 针法) est intrinsèquement liée à la moxibustion (jiǔ fǎ 灸法). Il est possible, de puncturer, mais également de chauffer certains points ou zones du corps à l’aide d’armoise (ài yè (艾叶 Artemisiae argyi Folium) afin de traiter différentes maladies.

« 经脉者,所以能决死生、处百病、调虚实,不可不通。 »

« Les canaux, c’est ce par quoi il est possible de déterminer la mort et la vie, ce qui s’occupe des cent maladies, ce qui harmonise le vide et la plénitude, ils ne peuvent pas ne pas circuler. »

(Huáng Dì Nèi Jīng Líng Shū (黄帝内经灵枢) – Chapitre 10).

中药 Zhōng yào Pharmacologie chinoise

Aussi ancienne que l’acupuncture, la pharmacopée chinoise regroupe à l’heure actuelle plusieurs milliers de remèdes. Chaque substance médicinale a été étudiée de façon à établir ses caractéristiques et connaître ses actions qu’elle soit employée seule ou associée à d’autres. Ces produits en poudre, broyés ou en plantes entières, sont issus principalement du règne végétal et minéral.

正骨推拿 Zhèng gǔ tuī ná Massage thérapeutique chinois et mobilisations

Le tuī ná (推拿) implique massages et mobilisations. Il est utilisé en cas de troubles des canaux, des muscles et tendons, des articulations, mais également dans les pathologies internes. Le praticien applique une série de techniques de massages, de mobilisations et éventuellement de corrections afin d’accompagner et de soulager au mieux les différents troubles.

食疗 Shí liáo Diététique chinoise

Profondément enracinée dans la culture chinoise, la diététique regroupe quantité de grandes règles alimentaires basées sur les théories de la médecine chinoise. Véritable art alimentaire et culinaire, c’est une discipline à part entière, nécessitant l’établissement d’un diagnostic précis.

POUR QUI ?

Bien qu’une consultation en médecine traditionnelle chinoise ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale, il est cependant possible de répondre à une grande diversité de situations cliniques et ce, à n’importe quel âge, grâce aux différents outils de la médecine traditionnelle chinoise.

Chez les tous petits (de la naissance jusqu’à la puberté), le tuī ná (推拿) est particulièrement intéressant et efficace, tout en étant relativement simple permettant ainsi d’être enseigné aux parents.

La diététique (shí liáo 食疗) et parfois la pharmacopée chinoise (zhōng yào 中药) peuvent également être utilisées. Dans certains cas, l’acupuncture (zhēn jiǔ 针灸) peut être une thérapeutique de choix.

Il est ainsi possible de répondre à différents troubles :

  • Reflux gastro-oesophagien, coliques du nourrisson, troubles du sommeil, rhumes à répétition, TDAH, énurésie, emcoprésie…

À partir de la puberté, les différents outils sont utilisés conjointement afin d’optimiser l’efficacité clinique dans différents troubles tels que :

  • Troubles dermatologiques : acné, eczéma, psoriasis…
  • Troubles pulmonaires : rhumes à répétion, bronchiques chroniques, asthme, oppression thoracique…
  • Troubles psychiques : stress, anxiété, angoisses, troubles du sommeil…
  • Troubles gastroentérologiques : RGO, gastrite, colopathie, diarrhée, constipation…
  • Troubles urogénitaux : cystite chronique, énurésie, pollyurie, pollakiurie, oligurie…
  • Troubles gynécologiques : dysménorrhée, aménorrhée, syndrome prémenstruel, troubles de la fertilité, syndrome prémenstruel…
  • Troubles andrologiques : impuissance, prostatite, troubles de la fertilité…
  • Troubles des organes des sens et de la tête : vertiges, céphalée, migraine, conjonctivite, algie vasculaire de la face, névralgie du trijumeau…

Il est évident que, bien que très intéressante, la médecine traditionnelle chinoise ne guérit pas tout et ne se substitue pas à la médecine conventionnelle, mais tente de travailler en complémentarité avec elle. Les consultations se font donc en collaboration avec le corps médical et paramédical des personnes prises en charges en médecine traditionnelle chinoise. Grâce à ses différentes approches, il est possible d’apporter une amélioration dans beaucoup de situations : « Le mieux est l’ennemi du bien ».


À l’aide des méthodes d’examen (sì zhěn 四诊) : observation, examen audio-olfactif, palpation, interrogatoire, le praticien en médecine traditionnelle chinoise déroule une anamnèse lui permettant d’arriver à une différenciation des syndromes (biàn zhèng 辩证) afin de comprendre les mécanismes en jeu pour ensuite sélectionner une approche adaptée (lùn zhì 论治). A tous moments, le praticien en médecine traditionnelle est dans une démarche de respect de la confidentialité des informations recueillies.

Une première consultation dure ainsi environ 1h30.

Bien évidemment, une seule séance est la plupart du temps largement insuffisante. Il est nécessaire d’avoir une certaine « posologie ». Difficile de dire combien de séances sont nécessaires, mais généralement, 3 à 5 séances (parfois moins, parfois plus) permettent d’arriver à une amélioration intéressante.

Cependant, la quantité seule ne suffit pas. Effectuer 5 séances chacune espacées d’un mois n’est absolument pas pertinent. Le Líng Shū (灵枢) Pivot Céleste enseigne qu’une première séance d’acupuncture a une efficacité allant de 24h à 1 semaine environ, son efficacité diminuant ensuite plus ou moins rapidement (ce qui a été confirmé par les recherches modernes). Afin de cumuler en efficacité et en durée, il est fondamental de ne pas trop éloigner les séances.

C’est pourquoi, bien que le tarif d’une consultation soit de 50€, celui-ci peut être adapté afin de permettre à chacun de bénéficier d’un accompagnement en médecine traditionnelle chinoise.

« 道者,阴阳之理也。 »
« La voie, c’est la science (raison) du yīn yáng. »

(Lèi Jīng (类经) Classique des classifications (1624), Zhāng Jiè Bīn (张介宾) – 2ème Rouleaux, Chapitre 1).